background

le Happy Day, notre recette du bonheur en entreprise

08 Juin 2018

La France est sur la deuxième marche du podium européen des salariés les plus stressés.

Il n’y a vraiment pas de quoi claironner, mais peut-être le savions-nous ? Selon une étude récente, il semblerait que les employeurs européens n’aient que peu d’intérêt pour le sujet. Négliger le bien-être psychologique du collaborateur serait-il une spécialité continentale ?

Pourtant, l’enjeu de la marque employeur n’a jamais été si présent. Les services de bien-être destinés aux salariés entreprises sont devenus légions. Ils font même parfois la une des annonces de recrutement! A l’heure des sessions de “pleine conscience au travail” et du coaching sportif en entreprise, les salariés seraient-ils demandeurs d’autres solutions ?

Chez maplaceencrèche nous valorisons des liens solides et une communication inter-équipes ouverte. En effet, il est démontré qu’un management plus transparent et coopératif améliore la productivité. On constate une hausse de cette dernière ainsi que de son allié : l’engagement des salariés. On peut même oser parler de fidélisation quand l’absentéisme, lui, baisse d’un ton. Selon une enquête Monster / Ifop (mai 2017), 42 % des travailleurs français placent le dialogue et la bienveillance en tête des critères de bien-être professionnel.

Nombre d’entreprises l’ont bien intégré, ainsi les offres de poste d’Happiness Officer ont envahi les sites de recrutement. Or embaucher un pro de la “feel good mood” ne se fait pas à la légère. Chez maplaceencrèche ce sont Mathilde et Florence qui ont relevé le défi de faire régner la bonne humeur, chose qu’elles faisaient déjà naturellement. Si vous les connaissez vous saurez alors qu’il ne fallait pas leur demander deux fois ! Explications avec nos happiness officers à l’enthousiasme contagieux.

Mathilde et Florence, nos 2 Happiness Officer pour le plus grand bonheur des équipes maplaceencrèche


Mathilde et Florence, dites-nous en plus sur la tradition des Happy Day chez maplaceencrèche.

Nous organisons le Happy Day quatre fois par an. C’est une journée pendant laquelle nous nous rassemblons pour parler de l’évolution de l’entreprise. L’idée est de faire un point sur l’avancement de l’activité, tout en passant une journée entre collègues dans un cadre convivial et chaleureux. C’est aussi l’occasion de mettre de côté les tracas du quotidien.


Qu’est ce qui vous a amené à prendre en main les activités liées au bien-être des salariés ?

De nature positives et sociables nous avions envie de mettre notre motivation au service de l’équipe. Nous savons que l’Homme identifie plus facilement le “désagréable” de l’agréable dans une situation donnée. Nous avions envie de relever le défi du bonheur au travail : mettre en place différentes actions qui permettraient de lutter contre ce phénomène !

“Un peu utopique ? Possible. En même temps, seuls les rêveurs changent le monde.”


Pour le dernier Happy Day, vous avez proposé un Urban Game. Un moment dont on se souviendra tous ! Comment vous est venu l’idée et pourquoi avoir choisi cette activité ?

L’entreprise a déménagé quelques jours avant ce Happy day. Nouveau quartier, nouvel environnement, nous cherchions à faciliter l’adaptation de l’équipe en faisant d’une pierre deux coups. Il nous fallait trouver une activité qui fédère l’équipe tout en découvrant le quartier. C’est ainsi que nous est venue l’idée de l’urban game !

Des équipes pour souder les collaborateurs

Des défis et des gages pour apprendre à se connaître et sortir du bureau


Quels conseils pouvez-vous donner aux entreprises qui souhaitent recruter un Happiness Officer ?

Il est important de bien définir les missions du poste. Le/la Happiness Officer n’est pas office manager. Il est important de définir un profil de poste avec des qualités requises comme avoir un tempérament jovial doublé d’une pointe de créativité. Il est aussi important de savoir fédérer les équipes.

Enfin il faut être conscient que la reconnaissance des collaborateurs ne se fera pas forcément naturellement. L’humilité est de mise !

Identifier ces qualités chez votre prochain happiness officer :

  • Un entrain à toute épreuve
  • Une communication positive et constructive
  • Une facilité de prise d’initiative
  • Un minimum d’organisation
  • Une attitude qui défie le non et va chercher le oui !