background

Freelance ou la métamorphose du management

01 Juin 2018

Symptôme d’une métamorphose

+126 % sur dix ans, c’est la croissance fulgurante des freelances, selon une étude Malt-Ouishare. Au coeur d’une culture du travail en plein chantier, l’intérêt renouvelé des petites et grandes entreprises pour les travailleurs indépendants reflète une nouvelle valorisation de ce statut autrefois traité avec méfiance.

Grand acteur de ce virement de bord, l’investissement croissant dans les métiers du digital qui pousse les entreprises à faire preuve de vivacité. Pour garder le pouls sur l’actualité, faire appel à des experts très souples est une vraie aubaine. Là où on a besoin d’eux, les freelances donnent un coup de pouce primordial aux entreprises en pleine accélération, mais pas que. Explications.

Qui est le freelance ?

Espèce en voie de propagation, en 2017 ils représentent 10% de la population active française, selon Eurostat. Il s’agit avant-tout d’un professionnel polyvalent, capable de mettre ses compétences au service de divers univers et tailles de projets.

Vecteur de changement de mentalité des entreprises, intégrer un freelance remédie à un manque de compétences en interne, mais apporte aussi une vision nouvelle des missions. Sa flexibilité fait de lui un partenaire de choix face aux nouvelles méthodologies de travail comme le test-and-learn et le mode projet.

Leur intégration pérenne dénote une remise en question et réorientation des processus. Parmi les acteurs les plus avant-gardistes Véolia collabore depuis plusieurs années avec des freelances pour relever les défis de l’entreprise du futur comme la numérisation des lieux et méthodes de travail. Les entreprises au modèle archaïque, et sclérosé, qui hier voyaient ce statut d’un mauvais oeil, sont aujourd’hui forcées de constater son efficacité.

D’autre part, leur légèreté opérationnelle (un simple devis ou une facture suffit en termes de modalité) rend les freelances accessibles pour nombre d’entreprises qui recherchent l’innovation. Certains départements établissent un laboratoire des métiers. Un pas vers l’innovation, l’entreprise peut tester la pertinence du métier vis-à-vis de son activité tout en incorporant des nouvelles idées.

“Ce n’est pas par économie que nous accueillons des freelances. Ils sont intéressants de par leur ouverture d’esprit et de par les autres activités qu’ils mènent pour d’autres clients. Ce qu’ils voient et mettent en place ailleurs leur permet d’innover chez nous et inversement.”
Geoffrey Arduini - CDO chez maplaceencrèche

En outre, le choix de devenir indépendant implique une volonté de s’ancrer dans le paysage professionnel.

“Devenir freelance est le meilleur choix professionnel de ma carrière. Après 10 ans en tant que consultant en agence de communication, j’ai décidé de me lancer et d’impulser une nouvelle dynamique à mon métier”
Eloi Fouquoire, Directeur des Relations Presse chez maplaceencrèche

C’est aussi poursuivre une démarche proche de ses valeurs et de mener ses affaires à sa manière.

“J’ai toujours voulu innover, créer et apporter un vent de fraîcheur dans le secteur de la gouvernance des systèmes d’informations.”
Veysel Dagdelen, DSI chez maplaceencrèche

Veysel Dagdelen, Directeur des systèmes d'informations en indépendant pour maplaceencrèche

“Je me sentais trop à l’étroit dans le circuit traditionnel, j’avais besoin de trouver mon identité professionnelle pour m’épanouir davantage. Aujourd’hui je suis seul décisionnaire de mon emploi du temps et de la gestion de mes projets, en collaboration avec mes clients.”
Eloi Fouquoire, Directeur des Relations Presse chez maplaceencrèche



VRAI - FAUX des 5 idées reçues sur les freelances

1. Travailler avec un freelance est risqué

VRAI et FAUX. Déployer une opération sans les compétences clés l’est d’autant plus ! Oui, entamer une première collaboration encourt une prise de risque, la confiance doit se créer. En revanche, une fois le bon prestataire identifié, il ne manquera pas d’être une aide précieuse dans la durée.




2. On ne peut pas faire confiance à un freelance

FAUX. Un freelance a tout intérêt à gagner la confiance d’un client afin de s’assurer des missions futures. De plus, à l’heure de l’e-réputation et du personal branding, ses prospects ont un moyen de vérifier son professionnalisme. Enfin, un engagement contractuel permet de sécuriser la collaboration ainsi que tout échange d’informations confidentielles.

“Être freelance, c’est avancer main dans la main avec mes clients, dans une relation de confiance et d’émulsion intellectuelle permanente.”
Eloi Fouquoire, Directeur des Relations Presse chez maplaceencrèche

Eloi Fouquoire, Directeur des relations presse en indépendant pour maplaceencrèche




3. Un freelance ne sera pas aussi impliqué qu’un salarié.

VRAI et FAUX. Tout dépend de la nature de la collaboration. Si vous collaborez sur une mission unique, le freelance limitera sûrement son engagement dans la vie de votre entreprise. En revanche si la collaboration s’inscrit dans la durée, celui-ci aura plus de raisons de s’investir auprès de vous et de vos équipes.

N’oublions pas qu’avec l’évolution des systèmes collaboratifs, la distinction entre salarié et prestataire sera amenée à se brouiller à terme. Dans le cadre d’une véritable réflexion collective, ce sera l’expérience qui primera et non le statut des collaborateurs.

Chez maplaceencrèche les freelances font partie intégrante de l’équipe, si bien qu’ils sont conviés à tous les temps forts de la vie de l’entreprise comme le séminaire annuel qui célèbre la réussite de l’année écoulée.

“Dès mon arrivée, prendre part au séminaire annuel m’a permis de plonger dans l’univers de l’entreprise. Grâce à cette phase d’observation intense, j’ai rapidement saisi les valeurs pour aujourd’hui les retranscrire de manière fidèle.”
Maï Trébuil, Social media manager

Maï Trebuil, Media et Social media manager en indépendant pour maplaceencrèche




4. Confier une mission à une agence, ou un cabinet de conseil, plutôt qu’un freelance c’est privilégier la qualité du service.

FAUX. A la différence d’un prestataire d’agence, un travailleur indépendant entretient un lien direct avec l’entreprise. La collaboration se fait alors de manière plus réactive et engagée. Cette collaboration privilégiera une vision globale, au-delà des objectifs de missions et des KPIs déterminés par un tiers, à la faveur d’un service sur mesure qu’aucun cabinet ou agence n’est en mesure de proposer.

“Le terme de “client” permet de placer la nature des liens qui nous unissent, je trouve ça archaïque… De mon point de vue, nous sommes des co-équipiers qui travaillons dans le même sens. Nous voulons marquer des buts. Et dans cette perspective la confiance est primordiale. La gestion d’un projet est comme une passe en profondeur que l’entreprise me fait, à moi de transformer cette occasion et de la mettre au fond des filets.”
Eloi Fouquoire, Directeur des Relations Presse chez maplaceencrèche

En France, la moyenne d’âge pour ce statut qui a le vent en poupe se situe vers les 35 ans. Le freelance propose le combo gagnant entre polyvalence et expertise aboutie. Souvent il connaît le milieu de l’entreprise pour y avoir évolué. Par ailleurs, il détient aussi une certaine maturité vis-à-vis de son métier et de la gestion de projet.

“Travaillant avec des grands groupes, PME-TPE ou start-up, je perfectionne chaque jour ma vision des systèmes informatiques. J’apprécie énormément la confiance de mes clients, l’écoute et l’échange constructif, notre statut nous permet également d’avoir une meilleure crédibilité. Aujourd’hui, je compte à mon tour faire appel à des talents en Freelance pour accompagner le développement de ma société.”
Veysel Dagdelen, DSI chez maplaceencrèche




5. Travailler avec les freelances bouscule les codes du management et la vie en entreprise.

VRAI. Une collaboration avec un indépendant réussie repose sur l’ouverture d’esprit. Il est important d’avoir conscience que ce professionnel n’est pas un salarié détaché, mais bien un indépendant. Le manager autoritaire sera mis au défi tandis que l’adepte du lean management y trouvera une grande satisfaction.

“L’échange et les outils de travail collaboratifs ont une vraie place dans mon quotidien. Comme je ne suis pas toujours dans les murs, je reste connectée aux actualités de l’entreprise et donc prête à déployer un dispositif de communication si besoin.”
Maï Trébuil, Social media manager

On peut alors voir les freelances comme des vecteurs de changement organisationnel. Le monde actuel fait de plus en plus appel à la capacité d’adaptation des entreprises. On ne peut plus négliger le potentiel des métiers, parfois nouveaux, pratiqués par ces indépendants qui participent au processus de métamorphose.




Alors comment bien amorcer, et installer dans la durée, une collaboration avec un ou plusieurs freelance ?

Voici ce que nous avons appris de notre expérience avec des indépendants. Nous vous proposons de gagner du temps et d’envisager les choses comme nous le faisons désormais.

  • Envisagez un freelance pour chaque métiers/compétences nécessaires. Libre à vous d’imaginer le mode de fonctionnement (1j/semaine, 3j/semaine, dans vos locaux, à distance)
  • Échangez avec votre réseaux pour des recommandations afin de sourcer par la confiance et la bienveillance
  • Favorisez l’échange et le relationnel pour trouver la perle rare (Pensez-vous qu’un Paris-New York sur le siège voisin de ce freelance serait agréable et enrichissant ?), si oui qu’en penserait vos collaborateurs ?
  • Établissez les paramètres de la collaboration - via un contrat si besoin
  • Intégrez le/la de façon magistrale de sorte que toute l’entreprise sache qui il/elle est, quelle est sa mission et quel sera le mode de fonctionnement
  • Communiquez en interne sur leurs présences, leurs missions et leurs disponibilités
  • Adoptez un suivi régulier de l’avancée des missions
  • Intégrez les à la vie d’entreprise pour ancrer la collaboration dans la durée