background

Acquisition de la marche : les erreurs à ne pas commettre

21 Septembre 2017

Les premiers pas de leur bébé est la chose la plus attendue des parents. On les guette, on les encourage, on serait mortifié qu’ils se fassent à la crèche. On s’inquiète si à 12 mois et deux jours rien ne se passe …Et pourtant tous les spécialistes vous le diront, sauf pathologie particulière, tous les enfants finissent par marcher que ce soit à 9, 12,15 ou 18 mois. Le vôtre, comme les autres, marchera quand il sera prêt. Vous pouvez l’encourager mais pas n’importe comment !

Un peu de théorie : la marche c’est une question d’équilibre

Les parents pensent parfois que le plus difficile dans l’apprentissage de la marche ce sont les pas. Faux, c’est l’équilibre. Faire des pas c’est facile, d’ailleurs souvenez-vous à la naissance de ce réflexe archaïque (la marche automatique). En revanche rester debout en équilibre sans tomber, c’est beaucoup plus compliqué. Les petits le savent et l’expérimentent. Prudents, ils lâchent une main, puis l’autre et s’ils sentent que « ça ne le fait pas », ils s’assoient tout simplement pour tomber en douceur.

**Ce que vous devez éviter absolument : lui tenir les mains pour le faire

avancer**

Vous comprenez donc que tenir son enfant par les deux mains, en se plaçant derrière lui pour l’aider à marcher ne l’aide pas. Au contraire. Les bras ainsi levés, il lui sera plus difficile de trouver son équilibre. Tout comme quand il est plus assuré marcher à côté de lui en le tenant d’une seule une main est plus source de difficultés que d’aide car cela perturbe son équilibre précaire. A proscrire absolument les trotteurs encore appelés youpalas ! Dangereux (un bébé peut facilement prendre de la vitesse) ils ne favorisent pas la marche, ils la retardent. Le bébé est assis et n’a donc nullement besoin de rechercher son équilibre.

Ce que vous pouvez faire : lui créer son espace « motricité »

On n’apprend pas à marcher à un bébé, on l’accompagne dans son acquisition. La nuance est d’importance. En clair cela veut dire qu’on va créer des conditions favorables pour qu’il ait envie de marcher, et lui donner les moyens de cette envie.

Vous avez remarqué comment à la crèche, les espaces motricité chez les petits sont agencés : des tapis, de gros cubes ou blocs de mousse pour permettre aux bébés de passer du quatre-pattes à la position debout puis qui servent de points d’appui quand il commencent à faire leurs premiers pas. Le secret c’est ça, jalonner son parcours de points d’appui pour qu’il ose se lancer. A la maison un tabouret, un pouf ou une table basse feront parfaitement l’affaire. Efficace, vous verrez.

Vous pouvez aussi, quand il est à la maison, le laisser pieds nus, paradoxalement cela l’aidera à trouver son équilibre. Les chaussures — même baptisées premières chaussures de marche- ne l’aident pas à tenir debout et ne favorisent en rien les premiers pas, elles le protègent juste des coups, et de la saleté du sol.


SUIVANT >

par Marie Desplumes

maplaceencrèche en partenariat avec** L**es pros de la petite enfance

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.

maplaceencrèche

Nous œuvrons sans relâche pour proposer toujours plus de places en crèche aux parents salariés d’entreprises soucieuses du bien-être de leurs collaborateurs

Les_Turbulents

Poils à gratter, agités du bocal et souvent bienveillants, Les_Turbulents n’en restent pas moins chéris par leurs proches.