background

Les salariés aidants en 2017

07 Juin 2017

La relation entre salariés aidants et salariés jeunes parents n’est peut-être pas évidente à priori. Pourtant, leurs problématiques sont très similaires et l’intérêt de l’entreprise est le même pour ces deux populations: les accompagner dans leur organisation personnelle pour leur faciliter l’accès au travail.

Ainsi, le 16 mars 2016, nous avons organisé une conférence dans le but de développer plus en détail ce sujet encore trop peu mentionné.

Conférence salariés aidants

Pour animer cette table ronde, nous avons eu la chance d’accueillir Anne-Claire Lethbridge, psychologue clinicienne, ancienne DRH d’AT Kearney qui intervient en tant que coach et formatrice au sein du Cabinet Livinstone RH. Anne-Claire à une conviction forte sur le sujet:

“ L’individu peut progresser dans son organisation, sa communication, sa capacité à trouver de nouvelles marges de manoeuvre, mais c’est aussi l’affaire de l’entreprise que d’aider ses salariés à maintenir un équilibre pro/perso satisfaisant pour générer de la performance; d’autant plus quand les contraintes personnelles sont fortes.”

Pour les aider dans leur quotidien et promouvoir l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle, l’entreprise peut intervenir.

Quel rôle doit jouer l’entreprise ?

L’accompagnement des salariés aidants consiste essentiellement à faciliter la vie des salariés qui connaissent ce type de situation.
Parmi les différentes actions qu’une entreprise peut mettre en place, on retrouve :

  • La prévention : l’objectif étant d’expliquer les enjeux qu’induit le salarié aidant. Des groupes de discussion ou un blog communautaire, peut-être crée, au sein de l’entreprise afin que les salariés échangent sur leurs expériences personnelles.
  • La récolte de fond : utilisé auprès de grandes entreprises telles que la Fédération Française de Football, la récolte de fond permet de combler les absences d’un salarié-aidant. Pour ce faire, chaque salarié de l’entreprise a la possibilité de faire don de RTT, au profit du salarié aidant. Basée sur le volontariat, cette participation peut être effectuée anonymement. Par confidentialité, le nom du salarié aidant n’est pas toujours divulgué.
  • L’aménagement du temps de travail : mise en place de RTT, du temps partiel, du télétravail et éviter les réunions trop tôt ou trop tard.
  • Les congés proches aidants : permettent de faciliter l’organisation des salariés aidants. Ce congé est accessible à tous salarié dont le pronostique vital d’un proche est en jeu.

Un équilibre, source de productivité pour l’entreprise.

Aujourd’hui, la performance économique et sociétale des entreprises peut dépendre de la maturité des dispositifs de prise en charge des salariés aidants. Saisir cette opportunité suppose une certaine mutation des problématiques managériales, mais qui, selon Thierry Calvat (expert dans le domaine de l’aide familiale) valent vraiment la peine. En effet, la mise en place de ce dispositif est un véritable levier de production pour l’entreprise.

5 raisons l’expliquent :

  • Les compétences du salarié aidant sont multiples. C’est une personne responsable et productive ; qui sait gérer les difficultés et le temps. De plus, il est reconnu que le salarié aidant a un niveau de productivité horaire plus élevé.
  • La stratégie RSE de l’entreprise a plus de valeur aux yeux des salariés.
  • Le salarié aidant possède **un pouvoir d’entrainement. **Le fait de voir un de ses collègues de travail s’investir autant booste inconsciemment les autres. C’est “l’effet boule de neige”.
  • **La créativité **du salarié aidant est forte. Il conçoit sans cesse de nouvelles pratiques pour surmonter ses difficultés et s’adapter facilement.
  • La fidélisation des salariés est décuplée. Bénéficiant d’aide, le salarié se sent plus engagé envers son employeur.

Les changements en 2017

Un nouvel intitulé

Le congé proche aidant a remplacé le “congé de soutien familial” depuis le 1er janvier 2017.

Des aides élargies

  • Le congé proche aidant donne la possibilité à un salarié de bénéficier d’un congé pour s’occuper d’un proche, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap, sans pour autant qu’il soit lié par un lien de parentalité.
  • Le congé peut-être fractionné ou le salarié peut décider de passer à temps partiel.
  • Un an d’ancienneté en entreprise suffit pour disposer du congé proche aidant contre deux ans auparavant.
  • En cas de dégradation de la santé de la personne aidée, le congé peut-être immédiat.

La réglementation

  • La durée globale du congé (renouvellement compris) ne peut pas excéder un an sur l’ensemble de la carrière du salarié.
  • Le salarié devra prévenir son employeur un mois à l’avance (ou quinze jours avant dans les cas d’urgences) pour poser son congé.
  • Une convention ou un accord collectif entre le salarié et l’entreprise est fixé pour convenir de l’articulation du congé (durée du congé, délais d’information à l’employeur, nombre de renouvellement possible, rémunération et réponse de l’employeur à la demande).
  • La personne aidée doit résider en France.
  • Lors de la prise du congé, le salarié ne peut exercer aucune autre activité professionnelle, mais peut être employé par la personne aidée.
  • Le salarié ne sera pas payé par son employeur durant toute la prise de son congé (sauf si une disposition collective ou conventionnelle le prévoit).

De manière générale, l’entreprise est en mesure de pouvoir aider les salariés aidants, toutefois on peut se demander quelle en est la limite ? Il n’y a qu’un pas entre l’entraide et l’intrusion. L’entreprise devra donc faire preuve de dextérité et prendre certaines mesures afin de ne pas empiéter sur la vie privée du salarié.


SUIVANT >

Diandra de** **maplaceencrèche

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.

maplaceencrèche

Nous œuvrons sans relâche pour proposer toujours plus de places en crèche aux parents salariés d’entreprises soucieuses du bien-être de leurs collaborateurs

Les_Turbulents

Poils à gratter, agités du bocal et souvent bienveillants, Les_Turbulents n’en restent pas moins chéris par leurs proches.